lundi 31 mars 2014

Prochaine destination: Cabot Trail !

Plus d'un an déjà que je n'ai pas écrit sur mon Blog.  Facebook est à blâmer -j'y passe beaucoup de temps.

Après avoir longtemps hésité - "to Islande or not to Islande again", j'ai choisi de piger dans mon bucket list initial des destinations que je me promettais de faire lorsque j'ai débuté le cyclotourisme.

J'ai donc débuté la planification pour mon prochain voyage à vélo en solo: Cape Breton, en Nouvelle-Écosse - la fameuse Cabot Trail.


Après deux années sans voyage solo, il me presse de partir à l'aventure. Je devrai patienter jusqu'à la fin juin.

Voici mon itinéraire préliminaire.  Le détour par North Sydney est incertain.  J''hésite entre ça ou passer par Baddeck et faire un détour vers le lac Ainslie.  Je cherche toujours le plus beau trajet mais il faut se méfier, même si la route passe près d'un grand plan d'eau, celui-ci peut-être complètement invisible de la route et la vue complètement bouchée par les arbres.



Les grandes côtes qui ont fait la réputation de cet endroit font que je devrai porter une attention toute particulière aux distances journalières.  En particulier, la partie nord du cap, entre Chéticamp et Ingonish ou se trouvent les 2 grandes montagnes (French Mountain et North Mountain) et 3 plus petites de Cape South à Boulardice Island.

Voici le profil sur Ride With GPS:




La pire, c'est la deuxième, dont la pente est plus à pic, atteignant par endroits 15-17% selon RWGPS.

French Mountain
dénivellé (m):     395
distance (km):       5,8
pente moy. (%):     6,8
pente max (%):     13,5



North Mountain (Mackensie Mountain ?)
dénivellé (m):     390
distance (km):       4,7
pente moy. (%):     8,3
pente max (%):     17 (?)



Comment ces côtes se comparent-elles à ce que j'ai déjà fait ? Voyez ce que ça donne selon RWGPS:


Sherando Lake, VA
dénivellé (m):     268
distance (km):       3,1
pente moy. (%):     8,6
pente max (%):     14




Rivière Éternité, Saguenay (complète)
dénivellé (m):     295
distance (km):       6,3
pente moy. (%):     4,7
pente max (%):     13

Rivière Éternité, Saguenay (partielle)
dénivellé (m):     205
distance (km):       4
pente moy. (%):     5,1
pente max (%):     13


Côte Ste-Madeleine, Gaspésie
dénivellé (m):     252
distance (km):       3,4
pente moy. (%):     7,4
pente max (%):     15





En général, elles sont plus longues et/ou plus à pic.  Ouch !  Elles se comparent à la côte de Ste-Madeleine mais en une fois et demi plus long !

La plus pénible de mon souvenir est celle de Rivière Éternité (en fait, entre Anse St-Jean et Rivière Éternité).  Cette côte m'avait vraiment fatigué les jambes.  Mais j'avais mon vélo Caribou, j'étais un peu plus chargé et surtout, le pédalier triple d'origine, acec ses plateau de route (53/44/36 si je me souviens bien), était moins bien adapté aux terrains escarpés.  Le voyage suivant,  le tour de la Gaspésie, je l'avait fait avec le Caribou sur lequel j'avais installé un pédalier de montagne.  Avec le Surly aussi, notamment quand j'ai monté la côte de Sherando Lake, je m'en suis moins ressenti malgré la chaleur étouffante.  Étais-je aussi plus en forme ?  Peut-être.

Donc de belles grandes côtes à monter, mais aussi à descendre, comme celle sur l'autre versant de Frenchh Mountain que l'on voit souvent en photo:





J'envisage de me procurer un transmetteur d'urgence "Spot", car je voyage seul et le signal cellulaire est absent sur une  partie du Cape:


Couverture cellulaire (Bell) - on peut très bien voir que les Highlands bloquent le signal:





Don beaucoup de travail en route.  Choisir l'itinéraire, en fonction de la difficulté, trouver les terrains de camping, soupeser chaque item à apporter etc...  Bien du plaisir en perspective !

lundi 25 février 2013

Vélo d'hiver nouveau - Le Falardeau.


Cet automne, je me suis fait assembler un nouveau vélo d'hiver pour remplacer le Mec Chance que j'avais retourné après 1 mois d'essai.




Je l'avais commenté ici http://marcpil.blogspot.ca/2012/01/velo-dhiver-nouvelle-cuvee.html  et ici http://marcpil.blogspot.ca/2012/03/bye-bye-velo-chance.html

Je l'ai fait assembler par Paul Trépanier de chez Bicycles Falardeau: http://bicyclesfalardeau.blogspot.ca/

Paul assemble lui même ses vélo avec des cadres alu qu'il fait faire sur commande.  J'ai donc un très rare "Falardeau" qui roule dans la région de Montréal.

Essentiellement, j'ai conservé ce qui me plaisait du vélo Chance, soit le cadre hybride avec la transmission Alfine 11 vitesses.   J'ai fourni quelques pièces, soit les poignées Ergo, les bar-end en carbone ABR, freins canti, selle et tige de selle, pneus Nokian, gardes-boue, support arrière.  Paul a fourni le cadre alu09 taille moyenne, les roues Mavic 319, la transmission Alfine etc...

Le cadre est plus petit, ce qui me donnait une position plus agressive avec un guidon plus bas que la selle.  Très bien pour l'automne, mais trop penché vers l'avant pour le vélo d'hiver, en particulier lorsque je porte mon casque de ski et goggles.  J'ai donc ajouté une extension de tige de fourche pour relever ma potence.  Il me semble que le guidon a une dynamique plus nerveuse et moins stable.



Comme le cadre a des "drop" verticales, j'ai fait mettre un tendeur de chaine Gusset Squire:




J'ai trouvé chez André Jac Sport ce porte bagage profilé très intéressant: http://www.axiomgear.com/products/gear/racks/streamliner-series/streamliner-road-dlx/

Très étroit dans le haut, il a pour ainsi dire pas de plate-forme.  De plus, l'attache du bas décalée donne beaucoup de recul et dégage très bien les talons, même avec des bottes d'hiver.  Sa forme étroite dans le haut rapproche les sacoches et rend le tout plus compact.  Seul défaut, le dernier rayon du garde-boue interfère avec le porte-bagage et j'ai du l'enlever, ce qui donne une drôle d'allure au garde-boue.












mercredi 10 octobre 2012

Venise - Porec, septembre 2012


À la fin de septembre, Paule et moi avons fait un voyage de vélo le long de la côte de la mer adriatique.  Nous étions accompagnés de 2 couples d'amis pour ce voyage "organisé".  Le voyage consistait à rouler selon la formule comportant un itinéraire prédéfini, avec hôtels 3 ou 4 étoiles réservés d'avance incluant le transport des bagages.

Nous avions acheté ce forfait auprès de la compagnie française "Grand Angle" selon la formule appelée "Vélo en liberté": http://www.grandangle.fr/Italie-5-unProd-769. Nous avons réalisé une fois sur place qu'eux-même achète le produit d'un grossiste "Giro Libero": http://www.girolibero.it/viaggi/dettaglio/venezia-parenzo?attivita=1&regione=3&periodo=10&durata=1

Nous sommes revenus enchantés de ce voyage à quelques détails près.

Premièrement, le transport des vélos est vraiment compliqué et devenu très onéreux.  On a déboursé au total 280$ par vélo pour le transport par avion ! (150$ à l'aller et 105 euros au retour, vols avec escale: Montréal-Amsterdam, Amsterdam-Venise).  Morale de cette histoire, il faut vraiment vérifier le coût de transport des vélos avant d'accepter "le meilleur prix" pour les billets d'avion.  Nous avions la possibilité de louer des vélos que nous avons décliné, préférant nos propres vélos.  Si c'était à refaire, on louerais des vélos.  D'autant plus que nous avons réalisé que l'on pouvait "upgrader" les vélos de base offerts.

Deuxièmement, les hôtels 3 étoiles laissaient à désirer.  Rien de majeur, mais la prochaine fois, ce sera 4 étoiles.

Troisièmement, et c'est l'inconvénient majeure, suivre le trajet prédéfinit était vraiment emmerdant.  Les instructions difficiles à suivre ont vite transformé ce voyage en espéce de "rally" ou "chasse au trésors".

Par exemple, on nous indiquait où aller, où tourner, selon des repères, statues, églises, boutiques ! Parfois sans nommer exactement les rues par où passer - impossible de s'y retrouver avec un GPS, une carte ou avec l'aide des passants ! Il fallait rouler aux aguets, l'oeil sur l'odomètre et les instructions pour réussir à sortir des villes.  Les cartes fournies n'étaient pas mieux - juste des imprimés de cartes "Google".

Notament, la pire journée fut à Trieste, où l'on a pris un bon 2-3 heures pour en sortir, ce qui aurait du prendre 30 minutes.

Tout ça parce que l'enfer étant pavé de bonnes intentions, on veut nous faire voir des endroits intéressants et nous faire passer par des petits chemins secondaires tranquilles.

Le voyage a commencé avec une journée à Venise avec notre copain Jean, Québecois devenu Européen venu nous rejoindre pour quelques heures à Venise.  Ensuite, le vrai départ, avec un trajet de train de Mestre à Venise, un ferry à partir del'Île de Tronchetto, ensuite un deuxième ferry que l'on a attendu au mauvais quai… Et enfin, on a pu rouler vers Caorle, notre première destination.

De là, Portogruaro, Palmanova, Trieste, Portoroz en Slovénie et Poreç en Croatie.

Vous trouverez beaucoup de photos ici:  https://picasaweb.google.com/103397991039053469987/VenisePorecSeptembre2012?authuser=0&feat=directlink



En voici quelques unes:




Des "joggers":




Heure de pointe:












Elle vole la vedette...
...à la marié:
En appuie sur le mur, tout est dans le geste:





































Le voyage ne fut pas sans incident, heureusement, c'était la dernière journée de vélo:

Maître es pisces: